Vaut-il mieux accoucher à l’hôpital ou dans une clinique privée ?

On a tendance à croire que la prise en charge est meilleure, et le confort de la maman et du bébé plus élevé, dans une clinique privée par rapport à l’hôpital. Néanmoins, aujourd’hui, les deux tiers des futures mères choisissent d’accoucher dans un hôpital public. Quels sont alors les critères rentrant en ligne de compte ?

Hôpital contre clinique

guide santé
Source : https://www.le-guide-sante.org/

S’il est souvent plus facile (moyennant finances, ou par le biais de sa mutuelle complémentaire, dont certaines comportent cette option) d’obtenir une chambre individuelle dans une clinique privée, les frais y sont souvent plus élevés, le dépassement d’honoraires y étant fréquent. De plus, les grosses cliniques ne disposent pas toujours du personnel suffisant pour assurer un accompagnement à 360 degrés de la mère et de l’enfant. Enfin, une différence fondamentale distingue les accouchements pratiqués dans le cadre hospitaliers de ceux qui surviennent dans un contexte privé : dans le premier cas, ils sont généralement gérés par une sage-femme, et par un gynécologue-obstétricien dans le second. Votre choix est fait et vous cherchez une clinique privée à Strasbourg pour accoucher ? Allez sur www.le-guide-sante.org pour trouver les coordonnées des différents établissements de santé). Vous pouvez également demander conseil à un gynécologue (l’annuaire des gynécologues de Lille se trouve sur cette page).

La disparition progressive des maternités privées

Mais si les cliniques enregistrent moins d’accouchements que les hôpitaux, ce n’est pas nécessairement pour une question de confort, des modalités liées à l’accouchement en lui-même ou de frais, mais aussi en raison d’une diminution progressive du nombre d’établissements privés. En effet, contrairement aux hôpitaux où c’est l’établissement qui est responsable des actes effectués, dans une clinique privée, c’est le personnel qui répond de ces derniers. De plus en plus de médecins choisissent donc d’exercer leur profession en milieu hospitalier, conduisant à une réduction croissante des cliniques sur le territoire.